mardi 8 septembre 2009

Le talk

Moi et Mr.Oh-my-god, on s'est retrouvés sans même le vouloir.

C'était samedi, en début de soirée, au piknic électronik.

Par un drôle de hasard, on s'est croisé alors que James Holden prenait le contrôle des platines.

James Holden a été un des DJ qui a bercé toutes notre histoire avec sa musique.
On écoutait tout le temps le même CD qui était un vieux set de Holden (Balance 005) qui commençait avec une pièce qu'on aimait particulièrement (The difference it makes - MFA).

Quand je l'ai vu au piknic, je suis immédiatement allée à sa rencontre. Il était seul, ça me rassurait un peu. On est allé dans un endroit un peu plus repoussé où on pouvait se parler en paix. On a parlé de nos vies, de l'automne qui arrivait, du gros week-end qu'on avait devant nous. Il m'a demandé comment allait mes amours. Je lui ai raconté les grandes lignes, sans trop de détails. Quand j'ai finalement réussie à aborder le sujet de sa fréquentation, il a confirmé ce que je pensais:

-Je crois que ça pourrait être sérieux. Je sais pas mais peut-être...
-Est-ce que tu pense qu'on va se revoir?
-...
-Ouch...
-On avait toujours été clair là-dessus
-Oui je sais et je savais que ça allait arriver un jour. Ça me fait de la peine de savoir que je ne te verrai plus. Je t'adore tellement! Tu es tellement différent.
-Merci Cath, toi aussi tu n'es pas comme les autres. On a vraiment eu des bons moments.
-...
-...
-...
-t'as le coeur serré là enh?
-mh-hnm
-viens dans mes bras.

Alors que je m'engouffrais dans le creux des bras de Mr.oh-my-god et qu'il me flattait les cheveux, notre pièce préférée a jouée. On s'est regardé et on a souri. J'ai vu ça comme un signe. Comme une boucle qui se referme.

C'était la plus belle façon de terminer avec lui. Sur des paroles senties, dans ses bras, avec notre musique. Alors que j'avais pleuré toute la semaine en l'imaginant avec une autre, j'étais étrangement légère, j'avais l'impression de flotter. Un immense soulagement m'a envahie.

Je l'ai laissé partir et je me suis retournée vers le piknic. Vers les gens qui dansaient, vers le DJ, vers mes amies qui me faisaient des grands signes et vers le couché de soleil sur Montréal.

J'ai donc avalé la petite pilule rouge qui était dans le creux de ma main et je me suis élancée dans la foule. Viva Piknic!

3 commentaires:

Jas a dit…

Touchant...


le genre de chose qui arrive à toute un moment donné. Et quand on le relit dit par un autre, ça vient tout recherché.

Tu m'as tiré un moment de nostalgie intense là ma vieille !

D. a dit…

Musique de fond: Tu t'en vas!!!! En me laissant seule derrière toi!!!!

une Championne a dit…

ouais ben D. ,
t'as le don de trasformer un beau moment en moment quétaine..!!

Jas: Contente que tu apprécie, des moments plus spicy s'en viennent pour te tirer de ta nostalgie!!!