jeudi 13 août 2009

Mr.Connecticut

Je l'ai rencontré au travail.

Mise en situation pour les besoins de l'histoire:
Le bar dans lequel je travail est celui d'un hôtel. En tant qu'employés, nous devons respecter certaines règles de conduites. Nous n'avons donc pas le droit de fréquenter les clients et surtout pas de fréquenter les chambres...


Lui, il était à Montréal pour le week-end. Mi-trentaine, très beau mais surtout, très charismatique. Un grand charmeur mais tout en subtilité. Genre de gars qui ne connait pas le mot stress. Tout va toujours bien avec lui. Il ne parlait pas fort (comme certains autres touristes américains) et était courtois et souriant avec tout le monde.

J'étais complètement sous le charme. Il a passé la journée à me parler, à m'offrir des verres, mais surtout, à me faire rire. Je répondais gentiment avec un intérêt à moitié dissimulé mais en fait, j'avais juste envie de laisser ma job sur-le-champs, déchirer mon uniforme et lui sauter dessus. Je n'ai donc pas été déçus quand il m'a invité à le rejoindre à sa chambre pour un verre après mon shift.

Par contre, j'étais divisée (travail/sérieux versus plaisir/folie).

J'ai réfléchis un peu (question de jouer les filles responsables), mais mon choix était fait. Je ne quitterais pas l'hôtel sans avoir fait un tour dans la chambre de Mr.Connecticut. en plus, cette notion d'interdit m'excitait pas mal.

C'est donc avec le plus grand stress que j'ai pris l'ascenseur et que j'ai longé les couloirs du 18e étage, la tête très basse pour éviter les caméras.

Il avait laissé la porte entrouverte comme je lui avait demandé (pas question de frapper à la porte et d'attendre, j'étais en mission top-secret, j'étais comme un agent double en danger de mort). Je me suis glissée doucement à l'intérieur et j'ai regardé devant moi. Wow. Non seulement la chambre était spacieuse et luxueuse mais il y avait lui au milieu. Lui, Tout aussi beau et tout aussi calme, bouteille de Vodka à la main, en train de me servir un verre. Derrière, il y avait un immense balcon avec une très belle vue, les portes et fenêtres étaient ouvertes et laissaient passer le vent. Il devait être 19h, la lumière du soleil était magnifique.

J'ai alors pensé : "Wow. Ma vie est un vrai roman harlequin!"
C'est même pas des blagues...

à suivre...

7 commentaires:

Jas a dit…

J'attends tellement la suite...aweille !!! fais nous pas languir de meme !!!!

Twino2 a dit…

... je suis jalouse. Profite-en pour moi!

duboutdupouce a dit…

Le genre de situations que j'aime et qui sont si agréables à vivre!

une Championne a dit…

ouiiiiiii!!!!
bientot la suite! (des que je retrouve mon clavier francophone!) je peux par contre vous devoiler que...ca fini bien!!!

duboutdupouce a dit…

Le contraire aurait été décevant ;)

La Shirley a dit…

Yesssssssss ... Ça me rapelle un PDG de la banque CIBC ... fiouuuuuuuuuuu ...

une Championne a dit…

haha!
t'as déjà vécu le même genre d'histoire?